Anikit

Centres pénitentiaires : comment piloter efficacement et stratégiquement les activités de sécurité et de sûreté ?

Les centres pénitentiaires d’aujourd’hui sont confrontés à de nombreuses problématiques liées à la sécurité et la sûreté. Le pilotage des activités de sécurité et de sûreté est donc une urgence. Pour assurer ce dernier, des solutions existent.  

Pilotage des activités de sécurité et de sûreté en centres pénitentiaires, quels enjeux ?

Surpopulation carcérale, tensions…

De la maison d’arrêt au centre de détention en passant par les centres pénitentiaires pour mineurs, on compte en France près de 200 établissements pénitentiaires. Selon le ministère de la Justice, nous comptions au 1er juillet 2023 plus de 74 000 détenus, pour seulement 60 000 places de prison disponibles. Et ce chiffre est malheureusement, depuis fin 2022, en constante évolution au point d’atteindre des niveaux inédits. Cette surpopulation carcérale record confronte les prisons françaises à de multiples enjeux liés à la sécurité et la sûreté. 

Directeurs de prison, surveillants pénitentiaires, agents de maintenance, cuisiniers, infirmiers, psychologues, femmes de ménage, agents de probation et de libération conditionnelle, agents de sécurité… Les métiers sont nombreux dans les centres pénitentiaires.  

De l’importance du pilotage de vos activités de sécurité et de sûreté

C’est pourquoi le pilotage des activités de sécurité et de sûreté dans les centres pénitentiaires constitue un défi majeur. Les enjeux sont tout aussi complexes et cruciaux. La sécurité au sein de ces établissements est primordiale, tant pour le personnel que pour les détenus, et sa gestion nécessite une approche stratégique et proactive. 

Les enjeux liés au pilotage des activités de sécurité et de sûreté sont multiples. Il s’agit tout d’abord de maintenir un environnement sécurisé à l’intérieur de la prison, minimisant les risques d’incidents tels que les violences et agressions entre détenus, les évasions, ou les situations de crise. La coordination efficace entre les surveillants, le personnel de sécurité et les autres professionnels travaillant dans la prison est impérative.  

En parallèle, les centres pénitentiaires doivent faire face à l’évolution des menaces, qu’elles soient internes ou externes. Les nouvelles technologies, les réseaux de contrebande, et les risques de radicalisation au sein des prisons sont autant de défis qui exigent une adaptation constante des stratégies de sécurité. 

Enfin, la protection des droits des détenus constitue un autre enjeu central. Trouver l’équilibre entre la nécessité de maintenir la sécurité et le respect des droits humains est une tâche délicate qui nécessite une organisation de maître. La mise en œuvre de mesures de sécurité doit être soigneusement calibrée pour éviter toute atteinte injustifiée à la dignité et aux libertés individuelles. 

Quelles solutions ?

Pour piloter ses activités de sécurité et de sûreté, des solutions existent. Ces dernières doivent pouvoir répondre à trois objectifs principaux :  

La réactivité

Réduire non seulement les temps d’intervention mais également les délais de transmissions d’informations. 

La communication fluidifiée

Fluidifier les échanges entre les différents acteurs avec des systèmes qui assurent en parallèle un suivi des interventions pénitentiaires.

La protection des employés et prisonniers mais également des biens

Protéger les agents avec des outils ergonomiques, discrets et modulables.
  • La récolte de données pour dégager des tendances et prendre des décisions éclairées   
  • Une protection particulière pour les travailleurs isolés
  • La remontée des situations critiques  

Pour ce faire, l’innovation technologique peut jouer un rôle crucial. Au-delà de l’investissement dans des systèmes de surveillance avancés, la mise en œuvre de technologies de solutions numériques pour le contrôle d’accès et le suivi des agents peut renforcer les capacités de prévention et de réaction face aux incidents. 

 La collaboration interdisciplinaire est une autre piste à explorer. En favorisant une communication fluide entre les différentes parties prenantes, y compris le personnel pénitentiaire, les professionnels de la santé mentale et les éducateurs, les dirigeants peuvent mieux anticiper et résoudre les problèmes complexes liés à la sécurité. On pense à des outils technologiques simples et modulables pour effectuer des remontées d’informations rapides et précises, mais aussi pour assurer un suivi sont à envisager. 

Il s’agit également de protéger les agents isolés. Ces derniers peuvent être nombreux dans les centres pénitentiaires. De la femme de ménage au surveillant de nuit, en passant par le psychologue ou l’agent de maintenance, leur sécurité peut et doit être asssurée en permanence grâce à des protection de travailleur isolés (PTI). Il s’agit alors de choisir une solution ergonomique, adaptable selon les profils de ses utilisateurs, et simple d’utilisation. 

Enfin, une analyse régulière des données et des indicateurs de performance peut fournir des insights cruciaux. En mettant en place des mécanismes de suivi pour évaluer l’efficacité des stratégies mises en œuvre, les dirigeants de prison peuvent alors faire des ajustements ciblés rapides pour viser une amélioration continue de la sécurité et de la sûreté. 

Une solution globale existe pour répondre à ces enjeux. C’est la solution PTI pour centre pénitentiaire d’ANIKIT. 

La solution ANIKIT pour le Pilotage activités sécurité, sûreté centres pénitentiaires

La solution de protection du travailleur isolé (PTI) en prison revêt une importance cruciale pour optimiser la communication entre les agents et gérer les imprévus. Les dispositifs PTI-DATI (Protection du Travailleur Isolé et Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé) jouent un rôle clé dans cette démarche. Leur fonction principale est d’émettre des alertes lorsqu’elles sont activées manuellement ou automatiquement. Ils avertissent ainsi les collègues, les secours, ou éventuellement le centre de télésurveillance. Ces dispositifs, intégrés à un réseau d’outils connectés tels que le boîtier PTI ou une application smartphone, visent à fournir aux agents un système discret, facile à utiliser et transportable pour assurer la protection du travailleur isolé en prison.  

 Les outils de télécommunication ANIKIT se démarquent par leur étanchéité, leur résistance aux chocs, et leur paramétrage permettant l’envoi automatique de signaux de détresse en cas d’agression, de chute brutale ou d’inactivité prolongée. La réactivité des équipes est ainsi accrue, renforçant la sécurité des agents en prison de manière fiable et rapide. 

 Plus qu’une simple PTI, notre solution assure un suivi des interventions pénitentiaires en temps réel, facilitant la circulation des flux de communication (voix, données, images) au sein du centre pénitencier. Cette solution contribue non seulement à assurer la sécurité des agents mais aussi à prévenir les pertes et vols de matériel grâce au géofencing. Ce dernier permet de définir un périmètre virtuel sur la cartographie, générant des alertes en cas de sortie d’un téléphone équipé de la zone définie. De plus, ANIKIT réalise une cartographie des solutions équipées en temps réel, simplifiant la gestion pour les responsables et optimisant l’assistance aux équipes du centre pénitencier, tant en intérieur qu’en extérieur. 

En complément, un dispositif d’envoi de rapport d’intervention en pénitencier facilite le reporting et optimise l’activité terrain en simplifiant la gestion des équipes. 

Demande de démonstration